Centre Loire | Thème Développement économique 
Le 04/11/20

Orrion Chemicals Orgaform veut devenir le leader du recyclage des matelas 

Le chimiste orléanais a remporté un appel d’offres européen de Dow Chemical pour recycler la mousse polyuréthane. Une diversification de l’activité soutenue par le Crédit Agricole Centre Loire et Crédit Agricole Régions Investissement.

Atelier-Semoy
Les ateliers de Orrion Chemicals Orgaform à Semoy, à proximité d'Orléans. © DR

Il y a quelques années, une campagne publicitaire encourageait les Français à changer de literie tous les dix ans. La statistique ne dit pas si les consommateurs ont suivi ce conseil. Mais elle retient tout de même qu’il se vend en France près de 4 millions de matelas chaque année.

Une deuxième vie pour le polyuréthane

Nombre d’entre eux sont composés de mousse polyuréthane, une matière polluante si elle n’est pas bien recyclée. Près d’Orléans (Loiret), Orrion Chemicals Orgaform va construire une unité dédiée pour transformer la matière en polyol, qui sera ensuite réutilisée en mélange pour fabriquer de nouvelles mousses aux propriétés identiques.

« Nous avons été retenus par Dow Chemical pour établir le premier site de ce type en France, souligne Christian Siest, président de la société spécialisée dans les agents démoulants (partie intégrante de nombreux process de fabrication) ou les colles pour l'automobile ou l'ameublement qui emploie une quarantaine de salariés. Nous sommes convaincus que l’économie circulaire ne se fera pas sans la filière chimie ». Le Crédit Agricole Centre Loire participe au financement du projet.

Objectif à court terme : 200 000 matelas recyclés

Parallèlement, le management d’Orrion Chemicals a repris 60 % du capital de l’entreprise, avec le soutien de Crédit Agricole Régions Investissement, filiale de plusieurs Caisses régionales. « Dès nos premières rencontres, l’envie de travailler ensemble était forte, se souvient Christian Siest. Si l’opération a été ralentie par la crise sanitaire, elle s’est finalement conclue l’été dernier. »

L’entreprise devrait rapidement être en mesure de recycler 10 % du gisement français de matelas. « Au-delà, nous allons implanter d’autres sites de recyclage en France et en Europe. Notre objectif est de doubler notre chiffre d’affaires d’ici cinq ans et cette nouvelle activité devrait fortement y contribuer ».