Crédit Agricole


Provence Côte d'Azur | Thème Développement durable 
Le 13/03/20

Bee’Osphera vole au secours des abeilles 

Activement engagée en faveur de la biodiversité, Bee’Osphera se donne pour mission d’impliquer le plus grand nombre dans le repeuplement des abeilles et la création de milieux favorables à l’espèce. L’association a reçu le prix « Coup de cœur du public » lors de l’appel à projets 2019 organisé par la Fondation d'Entreprise Crédit Agricole Provence Côte d’Azur.

BeeOphera-ruche
Bee'Osphera propose aux enfants de s'initier à l'apiculture. © IStock

En France, aujourd’hui, près de 800 000 ruches manquent pour enrayer le déclin des abeilles. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, une augmentation de 2°C d’ici 2030 à 2052 impliquerait en même temps la perte de la moitié de leurs milieux de vie. Face à ce constat, un groupe de passionnés a décidé de passer à l’action en œuvrant pour le repeuplement et l’accueil de ces insectes butineurs indispensables à la pollinisation.

Pour la sauvegarde des abeilles par tous

Créée à Lorgues (Var) en 2019, Bee’Osphera multiplie les initiatives pour sensibiliser petits et grands, particuliers et professionnels, à l’urgence de protéger l’espèce. « Nous voulons vraiment impliquer tout le monde par des actions concrètes à la portée de tous : installation de ruches et introduction de plantes mellifères dans les jardins, initiation à l’apiculture, mise en place de bonnes pratiques vitico-apicoles, etc. », confie Sandie Monchablon, présidente de l’association.

Lauréate de l’appel à projets lancé par la Fondation d'Entreprise Crédit Agricole Provence Côte d’Azur en 2019, Bee’Osphera a reçu le prix « Coup de cœur du public ».

Un rucher pédagogique expérimental

Ce soutien permet à l’association de s’illustrer notamment à travers plusieurs chantiers participatifs menés en partenariat avec des écoles de la région et des structures d’insertion et d’aide sociale. « Nous mettons à contribution les jeunes générations, des jeunes en décrochage scolaire et des mineurs migrants non accompagnés, pour l’aménagement de notre rucher expérimental. Ils nous aident à implanter des ruches de repeuplement, à planter des semis, à créer des points d’eau pour abreuver les abeilles… », précise Sandie Monchablon. Le site, où ont également été installés une ruche de découverte et un sentier pédagogique autour du monde de l’abeille, devrait ouvrir ses portes au public en juin 2020 (30 jours par an sur réservation).