Crédit Agricole


Normandie | Thème Développement économique 
Le 16/12/19

Un pôle mondial de formation pour ostéopathe animalier 

L’Ecole européenne d’ostéopathie animale, implantée à Lisieux et à Brighton, a été rachetée l'été dernier par Paris Gardon Capital avec l'ambition d'en faire un pôle mondial de référence en ostéopathie animale. Crédit Agricole de Normandie-Seine et Crédit Agricole Normandie ont participé à l’opération aux côtés de BPI France et de la région Normandie, via Normandie Horizon.

ost1
Depuis vingt-cinq ans, l’ESAO forme des ostéopathes pour animaux en France et au Royaume-Uni. © ESAO

Investir dans le secteur éducatif avec l’objectif de porter chacune de ses écoles vers l’excellence. Telle est l’ambition d’Alexandre Gelbard, à la tête de la société d’investissement Paris Gardon Capital (PGC), créé en 2017 et qui a déjà réalisé plusieurs acquisitions dans le domaine scolaire dont l’établissement Epin à Vitry-Sur-Seine.
C’est donc logiquement que le dirigeant s’est intéressé à l’European school of animal osteopathy (ESAO), la référence européenne en matière d’ostéopathie animale, qui forme à Brighton (au Royaume-Uni) et à Lisieux, en Normandie, environ 200 étudiants chaque année.
« Un chiffre en constante progression », souligne Alexandre Gelbard, son nouveau président. Avec, pour les étudiants qui suivent le cursus international, un double diplôme : un titre RNCP d'ostéopathe pour animaux de niveau VI en France et un diplôme certifié par le British Accreditation Council au Royaume-Uni.
Pour effectuer ce rachat, PGC s’est tourné naturellement vers le Crédit Agricole. « Nous partageons les mêmes valeurs et le même ADN », insiste le repreneur. « Le Crédit Agricole de Normandie-Seine a réuni la BPI et la région Normandie autour de la table pour nous permettre de réaliser cette opération. » 

Un pôle mondial de l’ostéopathie animale

Un soutien opérationnel qui se poursuit aujourd’hui. « Le Crédit Agricole est un partenaire de long terme réactif, efficace et inventif, toujours capable de trouver une solution », insiste Alexandre Gelbard qui aspire aujourd’hui à faire de l’ESAO un pôle mondial, dans un contexte de forte croissance du secteur de la santé et du bien-être animal.

D’abord tiré par le marché des chevaux de compétition, l’ostéopathie animale se développe dans d’autres secteurs, notamment celui des bovins. « Nous travaillons par exemple avec la coopérative normande Origenplus », souligne Alexandre Gelbard. Autre marché d’avenir, celui des animaux domestiques. 

Enseignement supérieur et recherche

Depuis son rachat, l'ESAO voit désormais plus grand, accélérant sa mue digitale et rénovant complètement son campus Normandie à Lisieux. L’ESAO est également devenu un Établissement d’enseignement supérieur privé, déclaré auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Ce qui doit l’aider, à terme, à devenir un pôle de recherche reconnu. Pour ce faire, elle est en train de lancer plusieurs travaux de recherche. L'école vient également de rejoindre le pôle de compétitivité de la filière équine Hippolia.

Cette démarche devrait lui permettre de concrétiser ses ambitions et l’ensemble de ses projets de développement, tant au niveau national que mondial.