Pyrénées Gascogne | Thème Santé 
Le 04/11/19

L’hôpital de Bagnères-de-Bigorre s’équipe d’un simulateur de conduite 

Le pôle de rééducation de l’hôpital de Bagnères-de-Bigorre, en Hautes-Pyrénées, vient d’inaugurer un simulateur de conduite adapté, financé entièrement par la fondation Crédit Agricole Pyrénées Gascogne. Objectif : améliorer la rééducation des patients afin de faciliter leur réinsertion.

simulateur-hopital-bagnere
Le simulateur de conduite Réhab Evolution permet de mesurer les capacités à reprendre la route. © DR

Grands accidentés de la route, victimes d’AVC… Le pôle de médecine physique et de réadaptation du centre hospitalier de Bagnères-de-Bigorre accueille jusqu’à 1 500 patients chaque année en hospitalisation complète. « Nous sommes l’hôpital de référence pour tout le département en matière d’affection du système neurologique et des membres supérieurs ou inférieurs », affirme Jean-Pierre Andry, le directeur de l’hôpital. Un plateau technique de rééducation, parmi les mieux équipés du Sud-Ouest, permet aux ergothérapeutes d’utiliser entre autres le Réhab Evolution. « Grâce à ce nouvel outil, nous pouvons simuler différentes situations de conduite en fonction du handicap de la personne », explique Jean-Pierre Andry.

Un investissement d’une valeur de 60 000 euros

Réhab Evolution fonctionne depuis l’été dernier et devrait atteindre, en moyenne, un rythme de traitement de 5 à 10 patients par jour. L’objectif, outre la rééducation, est de permettre aux personnes de retrouver confiance en leurs capacités à reprendre la route : un enjeu de taille qui participera à leur réinsertion. « Il y a environ un an et demi, lorsque nous avons eu l’idée de cette acquisition d’une valeur de 60 000 euros, nous avons fait le tour des financeurs, explique Jean-Pierre Andry. La volonté de la fondation Crédit Agricole Pyrénées Gascogne de financer cet outil à 100 % a été une vraie opportunité pour nous, insiste le directeur de l’hôpital. Cela nous a permis d’accélérer cet investissement afin d’élargir notre offre de soins. Je ne saurais trop remercier le Crédit Agricole pour cela. »